Actualités

Avec un master 2 en poche et après diverses expériences dans le milieu de la préparation physique et mentale, Corentin Le Métayer a été recruté par le Campus Sport Bretagne en septembre pour devenir référent de la Cellule d’Optimisation de la Performance (COP). Sous la direction d’Emilie Brindejonc (Responsable de la Mission Haut Niveau), Corentin a pour objectif de développer cette Cellule dédiée à accompagner les différents acteurs du sport en Bretagne. Présentation. 

Corentin, peux-tu nous nous présenter ton parcours et ce qui t’as amené au Campus ? J’ai débuté par une Licence STAPS mention « Éducation et Motricité » à l’IFEPSA à Angers (49). Etant handballeur de base, j’ai durant ce cursus effectué des stages en préparation physique en lien avec cette discipline, notamment dans les clubs professionnels de Caen et Angers-Noyant. A la sortie de ces trois années de licence, j’ai travaillé deux ans en tant que responsable dans une salle de préparation physique (PP). On proposait de l’accompagnement en PP de manière individuelle ou collective pour un objectif de bien-être ou de performance. Avec cette expérience sur le terrain, je me suis aperçu qu’il me manquait des éléments sur l’accompagnement de la performance car j’étais axé uniquement sur la préparation physique.

Je suis donc reparti sur un Master (2 ans) à Brest spécialisé en Préparation Mentale, avec l’idée de me spécialiser sur le haut niveau, la performance. Pour explorer de nouveaux environnements sportifs, j’ai fait ma première année de stage au sein d’un club d’escrime et un autre de triathlon, deux disciplines individuelles. Lors de la seconde année, j’ai intégré le Brest Bretagne Handball (BBH) au sein du centre de formation, en tant que préparateur physique et mental. En finissant cette mission, j’ai alors vu que le Campus Sport Bretagne recherchait un référent de la cellule d’optimisation de la performance et j’ai de suite postulé car le projet correspondait à mes attentes et objectifs. 

Quelles étaient tes motivations pour te lancer dans ce parcours de formation ? La pratique du sport et la compréhension du fonctionnement humain vers la performance sont la base. Mon projet s’est construit en L2/L3 avec l’apprentissage de toutes ces notions : anatomie, biomécanique, physiologie, psychologie… J’ai rapidement eu cette envie d’aider les athlètes dans leur parcours sportif, mais également de vie. C’est un tout et cela faisait sens à un moment donné dans la construction de mon parcours. Quand on est passionné de sport, de relations humaines, apprendre et évoluer chaque jour dans ce milieu c’est génial ! 

Pourquoi as-tu voulu absolument intégrer cette dimension mentale à ton bagage de connaissances ? Quand j’ai commencé à travailler, à être sur le terrain, je me suis rapidement rendu compte que l’on avait trop souvent cloisonné certaines notions comme le physique, le mental, la technique ou la nutrition. Pour conduire un sportif vers la performance, il faut avoir une vision holistique et ne pas additionner simplement les facteurs les uns aux autres. A mes débuts, je me souviens encore avoir proposé une séance qui semblait optimale sur le papier mais le résultat escompté n’était pas au rendez-vous car je n’avais pas pris en compte certains facteurs. Avec l’expérience, j’ai compris qu’il fallait combiner plutôt qu’additionner. En combinant les facteurs qui peuvent influer sur la performance, on arrive à un résultat plus réaliste.  

Justement, quelle est ton approche avec les sportifs ? Je pars de l’individu, de son expérience, de ses blessures, de sa personnalité, de son âge, de sa morphologie… Puis j’intègre ces données dans un système de performance lié aux demandes de la discipline. Quels sont les caractéristiques du sport ? Le matériel utilisé ? Le niveau de pratique ? Les échéances ? Ensuite, on co-construit avec le sportif son objectif de performance (savoir où il veut et peut aller) et c’est lorsque l’objectif est bien identifié que l’on apporte des outils liés à la préparation physique (amélioration de la force, de la vitesse, de l’endurance …), mentale (gestion des émotions, de la concentration, de l’apprentissage…) qui lui permettront de gravir les échelons, marche après marche, selon la planification imaginée ensemble. 

Revenons à tes missions au Campus, peux-tu nous expliquer à quoi correspond cette Cellule d’Optimisation de la Performance ?  Avec Emilie Brindejonc, Responsable de la mission « Haut Niveau », notre objectif est de se placer « en ressource » pour tous les acteurs du sport sur le territoire breton. Notre but est d’accompagner les athlètes et les staffs en leur apportant des solutions concrètes et rapides pour leurs objectifs de performance. Cette cellule s’adapte aux besoins, calendriers et budgets de chacun pour coller le plus possible au projet global. Ces interventions peuvent prendre la forme d’un accueil en stage au sein du campus, de création de formations spécifiques ou d’interventions directes au sein des structures bretonnes. Chaque sport à ses particularités et c’est notre travail de bien comprendre cela pour être au plus proche des demandes que nous recevons. 

Le Campus Sport Bretagne accueille à l’année des des pôles espoirs et jeunes, quel est le travail mais en place par la COP avec ces jeunes ?  Pour prendre le cas du badminton, nous intervenons sur deux créneaux par semaine. L’intérêt est de renforcer leur staff par de la préparation physique. Avec ces jeunes batistes, il y a un premier socle essentiel d’apprentissage et de maitrise de leur corps dans l’espace, de la respiration, de la mobilité pour ensuite maitriser les principaux mouvements de musculation (squat, pompe, soulevé de terre, haltérophilie…). L’idée étant de les mener, à terme, vers l’autonomie. Pour se faire, il faut les sensibiliser à ces notions de préparation physique et mentale. Il faut qu’ils donnent du sens à leur pratique, et se questionnent sur l’intérêt de ces outils. 

Le Campus Sport Bretagne accompagne également des acteurs extérieurs ? Oui nous proposons ce type de services aussi bien aux sportifs de façon individuelle qu’aux clubs, comités, ligues ou autres organisations dans le secteur du sport. Nous sommes un centre de ressources pour tous ces acteurs extérieurs. Nous allons par exemple travailler avec la Ligue de Bretagne de BasketBall sur la création de modules de formation afin d’outiller les entraîneurs en préparation mentale, mais également avec le pôle espoir de Roller à Ploufragan pour de la préparation physique. On accompagne aussi l’équipe Crazy Esport – Région Bretagne depuis le début de l’année. Nous sentons qu’il y a une vraie demande sur le territoire nous sommes là pour y répondre. 

Tu évoquais également un projet en lien avec la réathlétisation des sportifs, peux-tu nous expliquer ? Quand les sportifs se blessent, ils ne peuvent pas pratiquer leur discipline au quotidien et psychologiquement c’est difficile à vivre. Avec le Campus Sport Bretagne, nous allons proposer à ces athlètes de venir « se ressourcer » à Dinard pendant leur période de réathlétisation. Avec notre solution d’hébergement/restauration sur un même site, combinée à cette situation géographique idéale (dans le centre-ville, à proximité de la mer et des plages) l’ambition est d’offrir un cadre idéal au sportif pour se relancer dans sa pratique, avec le soutien de professionnels et des équipements dédiés. Le projet est en construction et nous pourrons en dire plus très prochainement.