Actualités

Une vingtaine de maitres d’apprentissage et tuteurs de stage réunis pour un temps de formation

Ce lundi 17 octobre, l’équipe pédagogique du Campus Sport Bretagne a mis en place une journée de formation à destination des maitres d’apprentissage (MA) et des tuteurs de stage qui accompagnent nos apprenants. Cadre réglementaire, aides financières mais aussi randonnée pédestre avec mise en situation d’entretien UC3 étaient au programme de cette journée.

Pour cette première, ils étaient 24 tuteurs et MA réunis dans nos installations de Dinard. « Plusieurs professionnels présents étaient auparavant apprenants au sein du Campus Sport Bretagne et on constate qu’ils accueillent à leur tour des jeunes dans leur structure, c’est forcément encourageant et gratifiant car la boucle est bouclée en quelques sortes » observait Guillaume Menaut, nouveau chef d’équipe formation.

Présent toute la journée au nom de la DRAJES (Délégation Régionale Académique à la Jeunesse, à l’Engagement et aux Sports) pour expliquer le cadre réglementaire et le contexte de la formation professionnelle, Glenn Le Noac’h expliquait : « Notre mission commune est d’amener l’apprenant à la réussite de son diplôme et de le préparer au mieux au métier auquel il se destine. Aussi, les tuteurs et les maitres d’apprentissage ont un rôle crucial dans l’accompagnement des apprenants et des stagiaires avec une mission qui n’est pas simple : ils n’ont pas forcément beaucoup de temps à libérer pour l’accueil, l’intégration et l’accompagnement des apprenants, ni de valorisation financière. A travers ce type de journée, on peut ainsi valoriser leur rôle et rappeler les objectifs, les attendus et la nature du diplôme pour lequel ils accompagnent le jeune au sein de leur structure. »

Notre mission commune est d’amener l’apprenant à la réussite de son diplôme 
Glenn Le Noac'h

DRAJES

Après plusieurs informations transmises et quelques échanges autour des aspects réglementaires et administratifs, Anne Nordez (coordonnatrice de formation du BPJEPS APT) insistait de son côté sur le « rôle essentiel de la la communication entre coordonnateurs et professionnels pour permettre à l’apprenant de réussir son projet. Certains peuvent rencontrer des difficultés, financières ou autres, au cours de l’année et c’est primordial de pouvoir échanger entre nous pour les accompagner au mieux ».

Pour un apprenant qui suit un BPJEPS en alternance, les temps de formation dans les structures professionnelles représentent à peu près la moitié de leur cursus de formation, d’où l’importance de bien fixer les enjeux dès le départ entre tous les acteurs. Pour Julien Favris, maître d’apprentissage au sein de l’école de football du FC Dinard, et présent sur cette journée : « Ce temps en présentiel est important et permet d’avoir des échanges plus précis et pointus, entre professionnels, sur les prérogatives attendues. On a également une vision globale sur ce qui va se passer durant l’année. Les intervenants de cette journée étaient de qualité. Celle du représentant de la DRAJES était une véritable valeur ajoutée car elle a permis de poser le cadre par rapport à l’intervention de nos jeunes, ainsi que les responsabilités que nous avons en tant que structure d’accueil. Le jeune doit-être mis devant ses responsabilités car il va rentrer dans la vie professionnelle et il a bien entendu des devoirs par rapport à cette perspective. »

En fin de matinée, les coordonnateurs de chaque formation ont animé des petits groupes d’échange avec les tuteurs ou maitres d’apprentissages qui suivent leurs apprenants pour entrer plus dans le détail du fonctionnement annuel et des attendus. « En plus de cette journée de formation, les responsables de l’organisme de formation se déplaceront au cours de l’année dans les structures pour faire un point individualisé avec le maitre d’apprentissage ou le tuteur, l’apprenant ou le stagiaire en formation » précise Glenn Le Noac’h.

« Mon rôle de tuteur ? C’est de passer beaucoup de temps avec l’apprenant pour le « contaminer ». Le « contaminer » en terme de passion, lui donner envie de passer du temps sur le terrain, lui montrer que c’est un chercheur et qu’il va exister par lui même, tout en le guidant et en lui donnant des pistes pour qu’il puisse exercer ensuite avec sa propre personnalité et sa sensibilité. Quand il aura compris pourquoi il veut faire cela, il va y trouver du sens et c’est comme cela qu’il deviendra bon. On accompagne les jeunes, c’est notre mission première, mais j’apprends aussi à leur contact et c’est ce qui est intéressant : c’est un échange ! » pointe Julien Favris. Et Glenn Le Noac’h de conclure cette matinée : « Il y a une responsabilité partagée d’un secteur d’activité, c’est la crédibilité des diplômes et des futurs professionnels qui est en jeu ! On doit tous s’engager pour leur réussite ».

Après un déjeuner en commun, coordonnateurs de formation et professionnels encadrants nos jeunes se sont retrouvés pour une marche pédestre sur les sentiers dinardais avec à l’issue une mise en situation sur un entretien UC3, et un temps d’échange final.