Actualités

Après un premier rassemblement organisé au début du mois de juin dans nos installations, toute l’équipe de la Crazy Esport – Région Bretagne était de retour au Campus Sport Bretagne de Dinard pour un second stage avec notre cellule d’optimisation de la performance. Dans le cadre du soutien apporté par la Région Bretagne, l’équipe Esport bénéficie en effet d’un accompagnement particulier du Campus Sport Bretagne pour permettre à l’association de « franchir un palier sur la scène esport nationale et internationale ».

« Sur ce second stage, nous étions plus sur une dynamique liée à la performance. Corentin Le Métayer et Aurore Langonné ont proposé plusieurs ateliers liés à la prévention par rapport à la posture, au sommeil, à la nutrition, à la gestion des émotions, à la pleine conscience ou encore à la communication entre eux » détaille Emilie Brindejonc, responsable de la mission Haut Niveau. « Nous avons été davantage dans le concret par rapport au premier rassemblement en Juin où l’objectif prioritaire était à l’époque de créer du lien entre eux car la plupart des esportifs qui formaient l’équipe ne se connaissaient pas. »

Super Akouma, joueur phare de l’équipe sur Tekken, abonde : « Depuis le premier stage, on sent que l’on a un but commun. Ce premier rassemblement avait permis de créer un lien entre les joueurs, un esprit d’équipe pour que l’on aille tous dans une direction commune. Désormais, la communication entre nous est plus facile, plus fluide et on s’encourage dès que l’on peut. »

Selon Corentin Le Métayer, responsable de la cellule optimisation de la performance :  » Comme pour le football, le golf ou le tennis, notre rôle est d’accompagner cette équipe en analysant la discipline, en recherchant dans la littérature scientifique, en échangeant avec les joueurs pour connaitre leurs besoins. Dans le cas du esport, il y a peu de mouvements mais des demandes cognitives très importantes. On co-construit donc des modules adaptés à leurs besoins pour les aider à être performants. On agit principalement sur deux axes : l’amélioration de la performance et à la prévention. Pour le premier axe, la question de base est de savoir comment on améliore la performance, via les capacités cognitives :  comment on apprend à se concentrer ? Comment on apprend à gérer ses émotions pour pas que cela interfère avec la performance ? Comment on reste concentré sur toute une partie ? Ensuite, il y a tout l’aspect prévention, où l’on peut parler de posture, de nutrition, de sommeil. Il faut pouvoir prendre toutes les conditions réelles de jeu et faire en sorte qu’elles ne deviennent pas un frein à la performance. » 

« Nous devons prendre en compte également qu’en esport, chaque jeu est différent. En fonction des jeux, les formats de compétition ne sont pas les mêmes, les temps de concentration non plus. On est vraiment sur le questionnement collectif lié à la performance mais aussi de plus en plus dans les besoins individuels de certains par rapports aux profils de jeux sur lesquels ils peuvent évoluer. » ajoute Emilie Brindejonc. « L’entrée n’est pas différente par rapport aux autres disciplines sportives car en définitive chacune à ses particularités, que ce soit en terme de mise en oeuvre technique, humaine mais aussi au niveau de l’environnement. Pour nous, au travers de la cellule d’optimisation de la performance, l’enjeu est d’analyser les besoins de la discipline et au travers des compétences dont nous disposons avec nos experts, d’aller questionner les besoins. Nous sommes dans l’adaptation et c’est donc très enrichissant pour tout le monde« .

A l’issue de ce second rassemblement, Pierre Pouliquen, Vice-Président de la Région et Président du Campus Sport Bretagne, a annoncé lors d’un point presse, le renouvellement du partenariat entre la Région et la Crazy Esport, sur l’année 2022. Un partenariat qui permettra à l’équipe Crazy Esport – Région Bretagne d’être suivie à nouveau par le Campus Sport Bretagne en matière d’accompagnement à la performance.