Dans l’optique « de remobiliser les troupes » la Fédération Française de Savate est en stage pour cinq jours au Campus Sport Bretagne de Dinard en cette fin du mois de janvier. Le contexte sanitaire et le manque de perspective au niveau du calendrier sportif ont invité les responsables de la Fédération à mettre en place ce rassemblement pour garder le lien avec leurs sportifs. 

Le crachin breton est bien présent ce mercredi à Dinard pour le premier jour de stage mais il n’entrave pas la bonne humeur de la délégation de la FFSavate. Dans la salle de boxe du bâtiment Michelet, les 28 savateurs et savateuses, tous inscrits sur les listes de haut niveau, sont à pied d’oeuvre et ont le sourire. « Du fait de leur statut, nous pouvons les regrouper sur des rassemblements comme celui-ci » explique Thierry Mardargent, le Directeur Technique National venu en Bretagne pour superviser le collectif. « Ils ont tous été testés avant de venir, donc nous avons pris toutes les précautions et puis j’ai une totale confiance en eux pour respecter à la lettre les règles sanitaires » ajoute le responsable technique.

Le collectif présent lors de ce rassemblement à Dinard – Droits : FFSavate

Une bouffée d’oxygène

La période est compliquée. « Pour eux comme pour nous les entraineurs, c’est très difficile, on ne va pas se mentir. Nous n’avons pas de vision à court ni moyen terme. Regrouper les sportifs, leur faire faire de la boxe, les voir remettre les gants … ce sont des choses qui peuvent paraitre simples mais c’est tellement important pour nous tous. » Hubert Abela, DTN Adjoint en charge de haut niveau, caméra au poing pour préparer la séance vidéo du lendemain, ne cache pas sa joie de retrouver son groupe mais ajoute : « Nous sommes dans le flou. Le calendrier national a déjà été modifié deux fois depuis le début de saison et pour l’international nous sommes très sceptiques sur les chances que des épreuves soient organisées d’ici l’été. »

Ce que confirme Ihame Raguig, cheffe de fil de la délégation féminine du haut de ses 35 printemps (elle les aura dans deux semaines) : « Venir en stage c’est un bonheur absolu ! Nous sommes en équipe de france depuis plusieurs années donc forcément on se connait bien. On est comme une petite famille. Se retrouver dans ce contexte à Dinard, remettre les gants, refaire du sparring, se confronter aux autres, ça fait un bien fou. C’est une véritable bouffée d’oxygène. »

Un collectif avec de nombreux champions

« L’objectif du stage c’est d’évaluer le niveau physique des sportifs, de re dynamiser leur motivation au vu du contexte sanitaire et de faire un travail de préparation physique mais aussi un travail technique. Tous ne sont pas logés à la même enseigne dans leur club car pour certains les salles d’entrainements sont fermées. Nous avons donc scindé le collectif en deux groupes pour s’adapter aux états de forme de chacun et faire un travail spécifique. » détaille le DTN. La Fédération qui compte près de 60 000 licenciés et 800 clubs répartis sur le territoire, dispose également d’un Pôle France à Toulouse.

Travail de proprioception dans la salle de musculation du Campus Sport Bretagne – Crédits : DR

Bien placé sur l’échiquier international, le collectif France est venu à Dinard avec de nombreux champions du Monde et d’Europe à l’instar d’Amine Feddal. Le sociétaire du Toulouse Multi Boxe, double champion du Monde et Gardien de la Paix depuis septembre 2020, explique : « A 29 ans, je suis plus vers la fin de ma carrière qu’au début. J’ai atteint les objectifs sportifs que je m’étais fixé, donc je relativise … mais honnêtement quand on fonctionne « à la carotte » comme moi, c’est dur. Venir à Dinard et être dans ce cadre, c’est idéal. On peut s’entrainer dans de bonnes conditions. On respire ! »

Le champion français aura certainement l’occasion de remettre les pieds en Ille-et-vilaine prochainement puisque l’équipe technique de la FFSavate envisage plusieurs stages au sein de notre campus durant les prochains mois.

La Savate en Bretagne

Elu à la fin de l’année 2020, Patrice Le Martret est le nouveau Président de la Ligue de Bretagne de Savate. « Nous sommes dans un contexte particulier et comme tous les autres sports de combat/contact nous sommes touchés de plein fouet. Par rapport aux chiffres nationaux, il semble que nous soyons cependant un peu moins impactés. Sur une saison dite « normale », la savate en Bretagne représente 2200 pratiquants mais nous avons quelques disparités sur le territoire que l’on va essayer de gommer sur ces prochaines années. Nos clubs essayent de garder le contact et de proposer des contenus aux licenciés mais c’est très hétéroclite. Notre force ? La savate est une discipline complète pied/poing et nous avons de fortes valeurs éducatives et éthiques ! On pense qu’il y a un transfert intéressant entre le sport et la vie de tous les jours. Par exemple, sur nos compétions jeunes, ce sont les jeunes qui s’arbitrent entre eux. » Avec 32 clubs affiliés, la savate bretonne mise sur les jeunes et également sur des disciplines comme la « Savate Forme » pour faire face au contexte sanitaire.

Interview d’Ilhame Raguig – Championne du Monde Assaut

#Savate 🎙🥊

Un collectif de 28 sportifs de la Fédération Française de SAVATE boxe française & D.A. est présent au Campus…

Publiée par Campus Sport Bretagne Accueil Site de Dinard sur Vendredi 29 janvier 2021