« Le projet avec le Campus Sport Bretagne est global, car il y a plusieurs entrées possibles »

Du mardi 6 au samedi 10 juillet 2021, le Campus sport Bretagne de Dinard accueillait un stage de Jeunes à Potentiel (JAP) organisé par le Comité Régional Bretagne Handisport. « Ce stage dont l’objectif principal est de détecter de nouveaux jeunes dans les différentes pratiques sportives ciblées, permet également de créer du lien entre les jeunes bretons » explique Camille Guillou, référence jeune régionale. « Le potentiel peut être physique, motivationnel, sportif … avec des jeunes que l’on a déjà pu identifier dans des clubs, des structures spécialisées, des écoles … Notre travail est ensuite de les orienter et de les accompagner dans leur projet. »

La vingtaine de jeunes sportifs présents ont notamment pu échanger le jeudi avec Gwenaïg Le Vourch’ (Athlétisme) et Loeiza Vari Le Roux (Basket Fauteuil), deux sportives bretonnes en équipe de France handisports, passées par la JAP régionale.

Chargé de développement au Comité du Morbihan et en lien avec l’action politique jeune sur le plan régional, Hassan Afsa et l’ensemble de l’équipe du Comité Régional Bretagne Handisport, ont pour objectif de « faire en sorte que les personnes s’épanouissent dans leur discipline et que l’on trouve des réponses individualisées pour chacun. Nous sommes sur un véritable accompagnement, de l’entrée dans la pratique à la construction d’un projet de performance. Nous nous inscrivons à tous les étages. »

Le groupe présent lors de la JAP 2021

« Nous sommes bien au Campus Sport Bretagne. C’est d’ailleurs la quatrième ou cinquième année que nous mettons en place ce stage JAP dans vos infrastructures. Après la réhabilitation du Michelet et la mise en accessibilité du bâtiment, nous avons trouvé une structure qui répondait à toutes nos attentes. Il nous manque juste la piscine à proximité pour avoir tous les éléments de la réussite d’un projet. On a les infrastructures sportives (gymnases, musculation …), salles de réunion, hébergement adapté et tout est concentré, ce qui évite les temps de transports. L’intérêt est d’abord là pour nos publics : accessibilité est égal à un stage réussi. »

« Outre ce stage, nous construisons une collaboration en réseau avec le Campus. Nous intervenons par exemple sur les parcours de formation des BPJEPS, pour avoir cette angle « handi » sur les parcours de formation initiaux, ce qui permettra dans le futur de faciliter l’accueil des personnes en situation de handicap dans les clubs, les centres … Par ailleurs, on commence à travailler avec les cellules de la performance du Campus pour réfléchir à la mise en place de tests pour nos public spécifiques. Très souvent, on travaille avec les tests de performance (VMA, V02Max, Puissance …) qui sont détournés du public valide puis adaptés au public handi. Lors de ce stage, nous avons lancé des expérimentations sur des profils, des types de process qui pourraient correspondre spécifiquement à nos publics. Il y a un vrai travail à mener sur ce secteur. Aujourd’hui, avec le Campus, l’idée est d’avoir un lieu d’expertise autour du handicap et de la pratique sportive : Du loisir à la pratique compétitive, avec l’accompagnement de la performance et très haute performance ! Le projet avec le Campus est global et il comporte plusieurs entrées possibles. « 

De gauche à droite : Gwenaig Le Vourch’, Camille Guillou, Loeiza Vari Le Roux et Hassan Afsa

 


Témoignage / Loeiza Vari Le Roux (Equipe de France Handi-Basket) : 

« J’ai eu mon accident à l’âge de 15 ans. Après une année sans faire de sport, j’ai eu envie de reprendre car cela me manquait. Je suis une sportive et j’ai rapidement compris qu’il me manquait quelque chose dans mon quotidien afin d’être vraiment épanouie. Basketteuse depuis toute petite, j’ai donc voulu tester tout naturellement le handi-basket pour voir si je retrouvais les mêmes sensations et j’ai très vite adhéré. Après quelques recherches, j’ai intégré une équipe de basket handisport à Brest, en loisir. A un moment, le loisir ne me suffisait plus car je suis une compétitrice dans l’âme. J’ai donc essayé de voir plus loin et c’est là que j’ai appris qu’il existait un Pôle à Talence en Handi Basket. Inscription, tests de sélection … et j’ai intégré cette structure dans la foulée. De fil en aiguille, j’ai été sélectionnée en équipe de France et cela fait maintenant trois années que je suis membre de ce collectif. Les Jeux Paralympiques de Paris 2024 sont l’objectif mais avant il va falloir disputer les championnats d’Europe et du Monde, mais aussi garder sa place dans ce groupe France (rires). Pour atteindre ces objectifs, je pars à la rentrée prochaine en Alabama, aux Etats-Unis, où je vais jouer au Basket tous les jours dans une université, tout en poursuivant mes études en Master enseignement et éducation. J’ai de la chance d’aller dans de telles infrastructures où on ne fait pas de différence entre les handis et les valides. »

Loeiza Vari Le Roux était présente lors de cette JAP pour partager son expérience de sportive de haut-niveau aux jeunes pratiquants.

« Etre présente sur ce stage me fait penser à l’époque où j’étais à leur place, lors de mes premiers stages JAP … J’avais découvert plusieurs sports et je me demandais lequel pourrait me plaire le plus. J’avais fait des connaissances et c’était la période où je m’obligeais à me débrouiller avec mon handicap. Pour certains c’était récent et pour d’autres comme moi, non. J’espère qu’ils vont trouver leur voie, qu’ils vont s’épanouir dans leur sport … nous sommes tous là pour les guider, leur transmettre notre expérience et ça fait toujours plaisir de voir des jeunes qui pratiquent le handisport. Le message à faire passer ? Continuer le sport, peu importe si c’est en loisir ou en compétition. Le sport apporte énormément dans la vie ! Il te permet de te dépenser physiquement et mentalement, il te fait sortir des petits problèmes du quotidien que tu peux avoir avec ton handicap … et en plus, tu rencontres de très belles personnes ! » 

 


Vidéo : Une journée avec les jeunes talents bretons en handisports