La FFESSM prépare sa relève au Campus Sport Bretagne

Une petite vingtaine de jeunes nageurs avec palmes étaient réunis au Campus Sport Bretagne lors de la première semaine des vacances scolaires de la Toussaint.

La Fédération Française d’Etudes et Sports Sous-Marins (FFESSM), avec qui le Campus a signé une charte, organisait un stage de détection pour ses U16. Coordinateur Technique National de la FFESSM depuis septembre 2021, Maxime Bergeron nous a parlé des objectifs de ce premier rassemblement dans cette catégorie d’âge. 

Entretien avec Maxime Bergeron, CTN 

 
Maxime, tout d’abord, pouvez-vous nous présenter la nage avec palmes ? La nage avec Palmes fonctionne sur le même principe que la natation. Nous avons des courses en bassin qui vont du 50m au 1500m (départ d’un plot, virage au mur et arrivée au mur). La différence se fait au niveau du matériel avec l’ajout des palmes. Soit les sportifs nagent en bi-palmes pour le crawl ou alors avec une mono-palme (composée d’un alliage fibre de verre et carbone) avec un déplacement en ondulation. La nage avec palmes c’est un peu la « Formule 1 » de la natation … prenez le record du 100 m en natation qui est de 46 » contre 34 » avec palmes. On peut atteindre des vitesses de 15kmh. La nage avec palme se pratique aussi en eau libre.
 
Pourquoi avoir mis en place ce stage pour les U16 ? Nous avons fait un constat à la Fédération : les jeunes qui sont très forts à cet âge ne sont pas forcément les champions de demain. Aussi, en regardant du côté de certaines fédérations olympiques, nous avons remarqué que les jeunes détectés dans ces catégories ne l’étaient pas uniquement sur des critères chronométriques mais qu’il y avait d’autres facteurs qui entraient en compte. C’est la direction que nous avons souhaité prendre aussi pour qu’à l’avenir, on ne passe pas à côté de « potentiels » et cela va se traduire par des tests physiques, morphologiques … bref, un suivi sur le long terme pour eux et les générations à venir.
 
Quelle va être votre nouvelle approche ? Tous les jeunes présents lors de ce stage à Dinard ont été détectés grâce à leur temps car jusqu’à ce stage nous n’avions que ce marqueur. A l’avenir, et même si le chrono est forcément important, nous souhaitons nous baser également sur d’autres critères pour ne pas passer à côté de jeunes qui pourraient avoir un potentiel. Demain, ce que l’on veut à la Fédération, c’est que la liste ministérielle des jeunes ne se fasse plus uniquement sur un chrono mais aussi sur des capacités physiques et mentales. Il ne faut pas que des jeunes passent sous nos radars car ils ne seraient pas encore prêts, qu’ils n’auraient pas la maturité physique où qu’ils n’auraient pas les moyens pour s’entrainer chez eux.
Ces tests effectués durant la semaine vont-être le début d’un nouveau fonctionnement … Effectivement, nous commençons à collecter des données sur des nageurs pour accompagner les entraineurs dans les clubs et structurer notre organisation. L’idée de ces tests est de savoir ce qu’est « un nageur, avec palmes, à 16 ans ». A partir de là, nous pourrons étudier des pistes de projection et d’amélioration pour chaque entraineur quand le jeune retournera dans son club. En fonction du profil que l’on aura établit grâce aux tests, on pourra déterminer à l’avenir si un nageur a de fortes capacités dans un ou plusieurs domaines mais aussi, à l’inverse, si il a des carences. La génération qui va arriver derrière devra être prête pour ces tests. A l’avenir, on veut que ces jeunes qui viennent sur nos stages fédéraux, se préparent et performent. Pour eux, cela doit devenir un challenge aussi important que de nager vite. On peut imaginer que leur objectif de septembre à novembre sera de se préparer sur ces tests afin d’y être performant, et ensuite il se concentreront sur leur saison dans l’eau.
 
 
 
Pourquoi avoir sélectionné le Campus ? Le Campus et la FFESSM ont une charte de collaboration depuis près de deux ans. Par ce stage, et suite à la période que nous avons traversé, nous lançons sur le terrain ce partenariat. Nous avons aussi accès à la nouvelle piscine Aquamalo et c’est un véritable plus. On souhaite pérenniser ce lien avec le campus y venir pour des missions d’expertise ou des stages … et pourquoi pas des compétitions ? On remercie d’ailleurs la mission accueil du campus car le personnel a pu nous proposer des dîners après nos entrainements en bassin (18h à 20h). Ce n’est pas forcément le cas partout et c’était important pour nous que nos jeunes présents en stage puissent avoir un bon repas après ces longues journées de test. Nous avons apprécié avec les jeunes et l’encadrement.

Vidéo